Amnesty International dénonce la disparition forcée de 600 personnes au Nigeria

0
78

Amnesty International a appelé mardi les autorités nigérianes à enquêter sur des disparitions massives de citoyens nigérians.

L’Organisation non Gouvernementale cite des tueries contre le groupe chiite pro-iranien du Mouvement Islamique du Nigeria (IMN) entre les 12 et 14 décembre 2015 à Zaria (nord-ouest). Ces tueries auraient fait 350 morts. Le groupe chiite assure être toujours sans nouvelle de 600 autres de ses membres. Le chef de l’IMN, Ibrahim Zakzaky, qui ne reconnaît par l’autorité d’Abuja et est accusé d’être une menace pour la sécurité de l’Etat, est toujours en détention préventive.

« Amnesty International demande aux autorités nigérianes d’enquêter sur les cas de disparitions forcées et de traduire tous les responsables de ces crimes en justice », a fait savoir l’ONG de protection des droits de l’Homme dans un communiqué.